Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

Coppens universel ou la paléontologie à la portée de tous

Parmi les scientifiques renommés, il en est un particulièrement médiatique qui capte mon attention dès qu’il se présente sur un média. C’est le cas de Monsieur Yves Coppens qui était “l’invité au téléphone” de l’émission de Philippe Bouvard “Les grosses têtes” sur RTL le 5 janvier dernier.

Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas ce monsieur, je précise qu’Yves Coppens est un paléontologue (paléontologiste ?) qui est né à Vannes (Morbihan) en 1934. Il a donc aujourd’hui 76 ans et doit être très occupé comme vous pourrez vous en rendre compte à la lecture de ce post.

A chacune de ses interviews je suis émerveillé par son aplomb et la “doctitude” de ses propos. Voilà un scientifique dont l’activité consiste (pour lui, depuis sa plus tendre enfance) à étudier les organismes disparus. Un vaste domaine de recherches où la précision scientifique est toute relative, particulièrement lorsqu’il s’agit de bâtir des hypothèses et de les placer dans la chronologie de la vie sur terre. C’est donc, sans prendre le risque d’être contredit, et en s’accordant une marge d’erreur confortable que M. Coppens affirmait sur la radio RTL le 5 janvier 2011 Étoile :  

– “L’homme de Neandertal aurait selon les milieux officiels 3 ou 400.000 ans. Je pense qu’il en a beaucoup plus “ Combien ? il n’a pas donné de chiffre. “Beaucoup plus” ce peut être 600.000 ou 800.000 ans. Qui pourrait le contester !? Et on n’est pas à 100.000 ans près quand on prête à l’univers 15 milliards d’années.

– “Le feu a au moins 500.000 sinon 800.000 ans.” Il aurait dit 900.000 ans que personne n’aurait été choqué.

– “En période froide le Neandertal avait intérêt à manger de la viande car il n’y avait pas beaucoup de végétaux. Quelles viandes mangeait-il ? Quels végétaux trouvait-on dans la glace ? Il n’a pas estimé nécessaire de s’attarder sur les menus et les habitudes alimentaires de notre ancêtre.

– “Il a passé des périodes tempérées ou il avait intérêt à manger….” Là, malheureusement, un brouhaha des sociétaires des Grosses têtes a couvert la fin de phrase du scientifique. Sans doute a-t-il dit des végétaux.

– “Il a mangé les deux” (viandes et végétaux). Certains étaient-ils végétariens ? Personne n’a abordé cette éventualité Sourire.

– “Sur la surface de ses dents (toujours du Neandertal) les aliments, viandes et légumes, laissent une empreinte différente.” Pour l’information du lecteur, je précise que c’est l’analyse du tarte au microscope électronique qui permet ce docte distinguo. Etait-il important pour la Science de le savoir ? Je vous laisse juge.

– “On a trouvé dans ses dents des céréales (blé, orge, sorgho, avoine) que l’on supposait consommées au néolithique.” Comme quoi en paléontologie on est jamais sûr de rien et … On n’est pas à une période près !

A la question humoristique de M. Bouvard : ”Le Neandertal était-il un rôtisseur ?” Le savant a répondu « : “Il a été un rôtisseur certain, le feu existait, il a certainement été utilisé. Il n’était pas le seul, d’autres gens qui n’étaient pas Néandertaliens ailleurs, devaient rôtir aussi.” Qui étaient ces autres gens ? Où vivaient-ils ? Mystère et boules de gomme !

Pour amuser l’auditoire et ponctuer son intervention d’un zest d’humour, M. Coppens a raconté l’anecdote suivante: “Dans une maison construite en os de Mammouth en Ukraine, on a trouvé deux os de fémur plantés verticalement, des trous aménagés dans leur partie supérieure, et un autre (os) horizontal.” (en broche donc). “C’est un luxe pour la paléontologie !” a-t-il ajouté. J’espère que cette broche antique n’était pas l’œuvre d’un petit plaisantin !

A la question : “Que buvait le Neandertal ? “ M. Coppens a répondu : “Ce qu’il pouvait !” Il avait donc du choix ! (vin, alcools, jus de fruits ? Sourire) A part l’eau, je ne vois pas avec quoi d’autre il pouvait étancher sa soif. Bien que des infusions de plantes mises à macérer pussent apporter un peu de fantaisie à ses breuvages.

Je vous fais grâce de ses précisions concernant la localisation des sources auxquelles il pouvait s’abreuver. Je vous épargne aussi les réponses aux questions amusantes : “Fumait-il ?”  “Etait-il monogame ou polygame ?” Pour en venir à la dernière question plus sérieuse dont la réponse vaut son pesant d’or : “A-t-il disparu à cause de la disparition des animaux dont il se nourrissait ?” Réponse : Je ne le crois pas. je pense qu’il a disparu parce qu’il y avait une compétition, même passive, avec le fameux homo sapiens, l’homme moderne, celui qu’on appelle Cro-Magnon. Ils ont cohabité une dizaine de milliers d’années, ça a fini par être désagréable pour le malheureux Néandertalien qui disparu discrètement.” Il a ajouté : “ Les mongols disent :” jamais deux ours dans une même caverneça veut dire que s’il y a un homme qui s’appelle Sapiens et l’autre Neandertal et qu’ils sont dans les mêmes niches écologiques, il y en a un de trop !« . Vous apprécierez au passage la disparition “discrète” du “malheureux Néandertalien”. Pas de guerre, pas de prise de pouvoir à la Brutus, tout s’est passé dans la plus grande discrétion, ce qui permet d’avancer les hypothèses les plus folles et de raconter n’importe quoi sans risquer la contradiction.

En lisant ces quelques lignes vous avez sans doute comme moi été plongé dans un abîme de perplexité. Comment un savant aussi réputé peut-il avancer de telles énormités ! Et pourtant c’est une sommité. Jugez-en par son parcours professionnel, ses distinctions et décorations.

1) Les grandes étapes de son ascension professionnelle:

– Licencié es sciences naturelles – Diplôme de docteur du 3ème cycle à la faculté des sciences de l’université de Paris – Attaché de recherche au CNRS à 22 ans – Découvre en 1965 un crâne d’un million d’années (Homo Erectus) – Maitre de conférence au Muséum d’histoire naturelle en 1969 – Sous-directeur du musée de l’Homme – Découvre en 1974 avec un groupe de scientifiques le fameux australopithèque Lucy – Est nommé en 1980 directeur et professeur au Muséum national d’histoire naturelle ainsi que directeur d’étude à l’Ecole pratique des hautes études – Il est élu en 1983 à la chaire de paléontologie et préhistoire au Collège de France dont il en devient professeur honoraire en 2005 – En 2006 il est nommé au Haut Conseil de la science et de la technologie – En 2010 enfin (!) il est nommé président du Conseil scientifique chargé de la conservation de la grotte de Lascaux.

Il est aussi présent dans de nombreuses instances internationales : il est membre de l’Académie des sciences, de médecine, des sciences d’Outre-mer, et de l’Acadeima Europaea – Membre de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique – Membre honoraire du Royal Antropological institute of Great Britain and Ireland – Docteur honoris causa des universités de Bologne, Liège, Mons et Chicago…et peut-être j’en oublie ! Qu’il me pardonne, on finit par s’y perdre dans cette profusion de distinctions. J’ai une pensée émue pour ses collègues paléontologues qui n’ont pas eu la chance de découvrir l’Homo Erectus et Lucy; ils doivent être bien amers à la lecture d’un tel palmarès !

2) Prix et médailles:

M. Coppens collectionne une vingtaine de prix et possède un panel de décorations à faire de nombreux envieux chez les politiques. Jugez du peu : Commandeur de la Légion d’honneur – Grand Officier de l’Ordre national du Mérite – Commandeur des Palmes académiques – Officier de l’Ordre national du Tchad – Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres (2010) ! Vu son âge (76 ans) il y a fort à parier que ce scientifique hors pair a encore de nombreuses moissons de médailles à attendre.

Je n’ai pas abordé dans ce long post son œuvre littéraire qui comporte une quinzaine d’ouvrages traitant du singe, de l’Afrique et des premiers hommes en passant par l’odyssée de l’espèce. Si vous êtes intéressé(e), je vous invite à consulter le site Wikipedia qui en fait une présentation exhaustive.

Il est grand temps que je mette fin à mon bavardage. Vous l’aurez compris, je n’ai pas un grande admiration pour cet homme dont je me méfie de ses sources incontrôlées et incontrôlables. Malgré tout, il y a peut-être quelques vérités dans ses propos. Qui peut le dire …… sur la base de recoupements et de témoignages ? A vous de juger. Vos commentaires seront les bienvenus.

Étoile Les propos ont été retranscrits le plus fidèlement possible à partir du podcast de l’émission.

*

*      *

Publicités

7 janvier 2011 - Posted by | Sciences |

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :