Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

Les banques prospèrent sur le dos des pauvres: et alors ?

image

Photo : files.newsnetz.ch/story/1/8/6/18642766/2/topelement.jpg

L’actualité en perpétuel bouillonnement (faits divers, accidents, catastrophes, scandales, terrorisme…) laisse peu de place à la réflexion. Les informations se succèdent à un rythme effréné et on dispose d’à peine le temps de comprendre un évènement qu’un autre survient aussitôt.

Selon certains spécialistes en communication, cette avalanche d’événements serait la résultante d’une action volontaire visant à annihiler toute critique et à détourner l’attention des gens des vrais problèmes de société (*). Dans ce flot continu d’informations, dirigé ou pas, il en est un grand nombre effectivement qui ne revêtent qu’un aspect anecdotique. Il nous appartient par conséquent d’être perspicace et de savoir opérer le distinguo entre l’essentiel et l’accessoire.

Parmi les informations récentes et dignes d’intérêt qui auraient dû retenir l’attention du public mais qui sont passées rapidement dans l’oubli  je vous en présente une, laquelle, à mes yeux, constitue un scandale permanent et insupportable auquel il serait urgent de mettre fin. J’ai nommé l’exploitation des difficultés des petites gens par les banques (merci la solidarité tant réclamée par nos politiques). Ces dernières, sans vergogne, annoncent dans leurs bilans les bénéfices qu’elles engrangent sur le dos de ceux qui chaque mois n’arrivent pas à boucler leur budget (presque 5 milliards d’euros en 2016 quand même !). La présence médiatique de cette information qui n’a duré que 24 heures, a été reprise par le Canard enchaîné dans son édition du 8 novembre 2017. Voir l’article ci-dessous. Le désintérêt affiché par les médias et les politiques face à ce scandale laisse peu d’espoir pour que les choses changent rapidement et, il y a fort à parier que l’an prochain on ressorte ce marronnier… encore brièvement, histoire de pimenter l’actualité du moment.

 

Les banques pillent les pauvres

 

(*) Pour information: la stratégie de la distraction est un moyen de diversion qui consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidés par les élites politiques et économiques grâce à un déluge continuel d’informations insignifiantes (certaines commémorations, polémiques diverses, anniversaires de people vivants ou décédés, débats stériles, événements et conflits lointains, oppositions communautaires, sondages de toutes natures, documentaires bouches trous, discours et interviews politiques…).

 

Publicités

14 novembre 2017 Posted by | Banques | | 4 commentaires

CMB Pont-Scorff : fermeture de l’agence et du distributeur de billets – Désertification du centre bourg

image

Photo : Internet Anonyme

Suite à la fermeture de l’agence CMB de Pont-Scorff, je reçois de nombreux messages d’indignation. Voici le dernier qui m’est parvenu. Je le publie in extenso.

Si vous êtes concerné(e) les réclamations sont à adresser à : relations.clientele@cmb.fr

“Bonjour

Je suis vraiment étonné, surpris, consterné de savoir que votre agence et surtout le DAB ( distributeur automatique de billet) aient été fermé , supprimé depuis le 14 juin  2017 dernier.

Après la boulangerie, la banque (Crédit Agricole), bientôt la poste, peut-etre, plus rien n’existe et ne subsiste et ne résiste au centre de Pont-Scorff !

Vous allez me dire que c’est surement un souci de rentabilité …  facile de s’asseoir sur des statitstiques  moyennes.

Comment voulez-vous que le centre-ville de  PONT-SCORFF puisse revivre surtout qu’il est désormais recentré zone de KERJEAN  !

Bravo au CMB – Credit Mutuel de la Betise .

En espérant avoir été entendu et que d’autres personnes suivront et approuveront mon mécontentement !

Cordialement”

5 juillet 2017 Posted by | Banques, CMB | | 4 commentaires

Caisse d’Epargne : l’écureuil est devenu radin

P1130348

Photo : jjLCP (merci au Crédit agricole de Pont-Scorff pour sa collaboration à ce billet).

Les temps sont durs même pour les banques ! Si si … Parmi celles le plus en difficultés, la Caisse d’Épargne qui n’arrive plus à nourrir son écureuil… et les clients en pâtissent.

Après avoir réagi en prévoyant d’augmenter les frais bancaires de 13 % dès janvier 2017, une nouvelle coupe sombre inattendue vient déjà de s’appliquer sur les pauvres calendriers annuels, généreusement offerts à la clientèle, dont le format 54 x 40 trop onéreux vient de passer au format A4 (21 x 29,7) ! C’est ce qu’ont pu constater les clients de la succursale de QUEVEN (56530) France (voir la photo ci-dessus). Au train où vont les choses, sauf redressement des finances de la banque – toujours possible en cours d’année grâce aux frais de gestion -, le format 14 x 21 est à craindre pour 2018.

Le format A4 laisse peu de place aux annotations et, de surcroît, ne permet plus une lecture… au-delà de vos bras tendus. Qu’importe ! L’objectif de la banque n’est pas de faire plaisir aux clients mais de bien gérer leur argent pour le faire fructifier.

A Quéven, depuis le changement de conseiller, le slogan bancaire est devenu : “A cœur Vaillant rien d’impossible !”.(1)

(1) pour les lecteurs qui ne connaissent pas la succursale de Quéven et qui seraient surpris par ma conclusion, le Conseiller Déniel vient d’être remplacé récemment par le Conseiller Vaillant. Sourire

Lien du billet à copier si vous souhaitez partager l’article : http://wp.me/pIh7o-19u

28 décembre 2016 Posted by | Banques, Caisse d'Epargne | | Laisser un commentaire

Les banquiers, nos amis pour la vie

image

Photo : Internet

Sous l’influence du lobby bancaire, l’Etat nous a obligés à ouvrir un compte en 1977. Petit à petit les banques, après nous avoir fait miroiter les avantages de tel ou  tel service annoncé comme gratuit, sont passées en mode payant. Souvenez-vous de la carte bancaire, des alertes par SMS et bien d’autres services qu’il serait trop long de développer ici.

Toujours en recherche de petits profits qui, additionnés et multipliés, permettent de substantiels bénéfices, la Banque BNP Paribas (1) vient d’innover en matière de voracité. L’astuce consiste a transférer des prérogatives locales à un centre régional. Gros “avantages” pour le client: des délais plus longs et bien sûr une commission à la clé. Et, que vous soyez précaire ou dans le besoin d’un document urgent, pas de sentiment ! Il vous faudra patienter et, bien sûr, passer à la caisse.

Lisez ce petit article extrait du Canard enchaîné en date du 2 novembre 2016. Édifiant !!

 

BNP Taxe les précaires

bnp-paribas-300x227

(1) Le slogan de BNP Paribas est “La banque d’un monde qui change” je dirais plutôt : “La banque où tout le monde banque”. Pour celles et ceux qui ignoreraient la signification du logo de cette société, voici ce qu’en dit culturebanque.com (a) :

“Depuis les années 2000, le logo de BNP Paribas est représenté pas 4 étoiles symbolisant les 4 valeurs de la banque (Réactivité – Créativité – Engagement – Ambition). Ces 4 étoiles tournoient et s’envolent tel un oiseau pour représenter le dynamisme de l’établissement et sa volonté d’avancer. Le vert n’est pas seulement la couleur de l’argent (dollars), cette couleur symbolise l’espoir et la forme carrée du logo, l’équilibre”.

Étrangement, le client qui représente une source rentable de profits  pour la banque, n’a pas le droit à son étoile. Un oubli regrettable ?

(a) http://www.culturebanque.com/banques/bnp-paribas/

19 novembre 2016 Posted by | Banques, BNP Paribas | | Laisser un commentaire

Les banquiers, nos amis pour la vie

Photo : http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/les-banquiers-tricheurs-par-culture-a113372104

Marianne dans son N° 1392 consacre une enquête détaillée sur ce que nous coûtent les banquiers. “Nos impôts fiancent leurs erreurs, les clients paient leurs frais, ils amplifient les inégalités… Depuis 2008, les pratiques bancaires n’ont pas changé”.

Ont leur a donné pourtant un sacré coup de main pendant la crise. Aujourd’hui les banques annoncent, pour celles qui n’ont pas encore franchi le pas, de faire payer la gestion des comptes courants (la Société Générale et la BNP notamment). Après ce sera les carnets de chèques payants, la disparition progressive des agences (1) qui coûtent cher ainsi que celle de leurs conseillers dont les français apprécient parait-il les recommandations.

Ce qui peut étonner c’est que l’ État, ne bouge pas le petit doigt. Apparemment il ne voit rien, n’entend rien et ne fait rien…à part bien sûr apporter son aide en cas de besoins. Exemple: M. Kerviel ne pouvant régler les dommages et intérêts qu’il devait soi-disant à la Société Générale (4,3 milliards d’euros quand même !), c’est l’ État, donc nous, qui avons accordé un crédit d’impôt de 1,7 milliard d’euros à la banque. Ce crédit a aussitôt été versé sous la forme de dividendes aux actionnaires au titre de l’exercice 2008 ! On dit merci qui ?

L’impassibilité de l’ État n’a rien de surprenant quand on sait l’extrême porosité des cloisons qui séparent le monde des affaires de celui de la politique. Les énarques et inspecteurs des impôts se croisent fréquemment pour passer d’un milieu à l’autre. Les exemples ne manquent pas. M. Macron en est l’illustration en tant qu’ancien de la banque Rothschild avec laquelle il a sûrement garder de bons contacts, et réciproquement.

Le Canard enchaîné du 11 novembre consacre lui aussi un petit article aux banquiers qu’il intitule fort opportunément “Les banquiers soutirent à bons comptes”. Je vous invite à lire cet article qui résume parfaitement la situation de monopole des banques, un État dans l’ État.

(1) La disparition des agences ne va pas seulement soulager la trésorerie des banques mais aussi ceux qui craignent pour leurs établissements des fois que le bas peuple, excédé par les injustices de toute nature, se mettait à tout casser dans les rues.

12 novembre 2015 Posted by | Banques | | Un commentaire

Qu’est-ce qui fait le plus de dégâts ?

bomba_atomica.jpg      Afficher l'image d'origine

Photo : http://obviousmag.org/                                                                  Photo : http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/

Un ami m’adresse une présentation Powerpoint qui compare les effets dévastateurs d’une bombe atomique à ceux occasionnés par les politiciens et les banquiers. Je ne résiste pas à la tentation de vous la proposer. Au fait, quel est le taux de radiation dans la nouvelle ville d ‘Hiroshima si attirante ?

La présentation est ici

27 octobre 2015 Posted by | Banques, Politique | | Un commentaire

Les assureurs et les banques nous doivent de l’argent. Réagissez !

Photo : http://www.comparer-les-banques.com/

Je vous invite à prendre connaissance de l’article de la journaliste Dominique Simonnot que j’ai extrait du “Canard enchaîné” en date du 11 juin 2014 et que j’ai téléchargé à l’adresse :

https://dl.dropboxusercontent.com/u/16074056/Les%20banques%20nous%20doivent%20de%20l%27argent.pdf

Si l’on croit cette journaliste, et pourquoi en douterait-on ? les assureurs doivent restituer la différence entre les primes encaissées au titre de l’assurance obligatoire (décès, accident ou maladie) pour les prêts immobiliers ou à la consommation, et les sommes versées lors de sinistres couvrant ces risques. Cette différence est remise aux banques (qui servent dans les deux sens d’intermédiaires entre vous et l’assureur) et la loi leur fait obligation de restituer cet argent, ce qu’elles ne font pas !

Le site “Action civile” vient d’engager un bras de fer avec les banques, soutenu par les victimes de cette arnaque dont vous faites peut-être partie. Si c’est le cas, l”Action civile” vous invite à vous manifester en posant gratuitement et en quelques clics votre réclamation sur son site. Le 10 juin 28 475 plaignants s’étaient déjà inscrits; au moment où j’écris ces lignes ils sont 48 485. Si l’action de groupe menée par le site, et soutenue par des avocats célèbres aboutit, le site se paiera à hauteur de 15% des sommes récupérées.

Pour poser votre réclamation c’est ici : http://www.actioncivile.com/action-collective/assurance-emprunteur

24 juin 2014 Posted by | Banques | | Un commentaire

A la Caisse d’Epargne on est prévoyant….avec vos dépenses

 

 

 

 

 

 

L’Ecureuil en spéculant en masse sur la titrisation des prêts immobiliers aux USA en 2006 n’avait pas prévu la crise des “Subprimes”. Résultats de ces placements hasardeux : l’action Natixis (l’entente Caisse d’Epargne-Banque Populaire) est passée en 2009 de 19,55  à moins d’un euro ! L’Etat français garant en quelque sorte des banquiers spéculateurs n’a pas hésité à taper dans nos économies (5,5 milliards d’euros quand même) pour renflouer Natixis et lui éviter ainsi une chute à la manière de Lehman Brothers.

Aujourd’hui, échaudée par cette malheureuse déconvenue et toujours à l’affût du moindre euro, la Caisse d’Épargne augmente régulièrement ses frais bancaires, se sert dans les minimas sociaux de ses clients endettés et, mieux, anticipe même sur des éventuels découverts de ses clients au RSA en ne leur adressant plus de chéquier mais en prélevant tout de même le service mensuel de 8,75 euros !!! Voyez ci-dessous l’article extrait du Canard enchaîné du 26 février 2014 (un clic dessus pour en faciliter la lecture).

Les banques, nos amies pour la vie !

                                                                                                       La CE est prévoyante

10 mars 2014 Posted by | Banques | , , | Laisser un commentaire