Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

Abandon de la bonne idée du casier judiciaire vierge pour les parlementaires !

image

Photo : http://www.contribuables.org/2017/01/alerte-mobilisation-exigez-un-casier-judiciaire-vierge-pour-des-elus-propres/

C’était pourtant une promesse ferme du candidat Macron à la présidentielle ! Par un grossier subterfuge, l’engagement du casier judicaire vierge requis s’est transformé en peine complémentaire obligatoire qui sera infligée par un juge aux élus manquant de probité. La décision a été prise avec la complicité du gouvernement et de la Presse d’ordinaire plus combattive sur d’autres sujets. Il est vrai que la période estivale propice à l’avalement des couleuvres, se prête peu à la contestation des opposants historiques (syndicats et associations) et… des politiques, premiers concernés par la mesure qui les aurait mis dans le viseur de la justice.

Le prétexte invoqué est des plus discutable. Si l’on en croit  le gouvernement, l’exigence du casier judiciaire vierge risquait de se heurter à un problème d’anti constitutionalité, donc à un rejet de la part du Conseil constitutionnel. Je ne vois pas très bien pourquoi et comment d’ailleurs. Les différents articles que j’ai pu consulter sur le sujet ne m’ont pas convaincu davantage.

Curieux prétexte en effet ! Si la volonté de faire aboutir la mesure avait été bien réelle et, à la fois, le risque de rejet évident, le gouvernement disposait d’une occasion rêvée pour proposer dans un premier temps la mesure puis secondement rejeter l’impossibilité de son application sur ledit Conseil. Il eut été commode alors de dire : ” Voyez, nous avons fait le nécessaire mais le Conseil constitutionnel n’en a pas voulu ! Nous sommes désolés et, donc pour rien dans cette affaire”. Mais, diplomate, il s’en est bien gardé.

En réalité les parlementaires, et les politiques en général, ne voulaient pas de cet obstacle sur leur chemin. Pourtant ce casier judicaire vierge est bien le garant des bonnes mœurs des prétendants à la députation. Il est d’ailleurs exigé quand on veut entrer dans la fonction publique et là, point question d’anti constitutionalité. On cherche encore pourquoi les futurs élus en seraient exemptés. A moins qu’ils se considèrent au-dessus des lois ou qu’ils soient plus nombreux qu’on ne le croit, concernés par la mesure. Souvenez-vous, sous le règne de François Hollande, une députée se présentait dans l’hémicycle affublée d’un bracelet électronique !

Encore une promesse de Macron à ranger dans le tiroir à gogos.

30 juillet 2017 Posted by | Politique, Promesses | | Un commentaire

Bravo Manu, bien joué !

image

Photo : http://edition.cnn.com/

Le coup des 9 milliards de dépenses imprévues et inconsidérées de son mentor Hollande, bien qu’usité, à encore marché… et les français ont une nouvelle fois avalé la couleuvre tant l’artifice est un classique des entourloupes du pouvoir. Chirac, Sarkozy et Hollande nous ont déjà fait le coup et donc personne n’a hurlé à l’imposture.

Si l’on en croit la Presse, il aura fallu que Macron interpelle la Cour des comptes pour qu’il apprenne officiellement les dérives budgétaires du précédent gouvernement. Mais dites-moi, Macron n’était-il pas ministre de l’économie à l’époque ? Ne savait-il pas que le Trésor avait déjà alerté ladite Cour sur les dérapages du camarade François ? (les prévisions de ce dernier ont été qualifiées par les magistrats de la rue Cambon d’”insincères”. Comme cela est joliment dit). Et la Cour des comptes qui d’ordinaire est soucieuse de la bonne gestion des finances ne devait-elle pas mettre en garde l’impétrant ? A défaut, ce dernier, avant de promettre la lune aux Français, ne pouvait-il pas s’assurer que les comptes étaient à l’équilibre ?

Tout cela relève de la mise en scène pour justifier la réactualisation des promesses de campagne. La preuve, la fameuse suppression de la taxe d’habitation qui a séduit bon nombre de concitoyens; dans un premier temps elle devait bénéficier à tous puis dans un deuxième temps être calculée sur les revenus et maintenant elle se voit repoussée à la fin du mandat. Itou pour l’ISF et le CICE qui seront retardés ou étalés.

MM. Macron et Philippe arrêtez de prendre les Français pour des demeurés. La ficelle est trop grosse pour passer inaperçue. Nous savons que nous allons devoir serrer la ceinture. Les cadeaux seront pour plus tard mais les impôts ne vont pas tarder à fleurir. On connait la chanson. Déjà deux taxes sont officiellement dans les tuyaux : le passage du prix du paquet de cigarettes à 10€ et et la taxe sur les poids lourds. D’autres sont probablement à l’étude.

Décidément, comme diraient certains macronistes qui se réveillent doucement, on ne sait plus à quel Président faire confiance. Peut-être à une femme en 2022 comme l’affirme Attali ? L’idée n’est pas stupide. Si de plus la postulante est charmante, les français se diront qu’une femme, pour la première fois peut être digne de confiance et… ils retomberont dans le panneau ! Ils savent pourtant que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent (Henri Queuille). Rire

Note du rédacteur : ce billet a été rédigé le 7/7/17. D’où le décalage avec les nouvelles mesures annoncées aujourd’hui. Comme quoi, vérité d’un jour en politique …

10 juillet 2017 Posted by | Macron, Politique, Promesses | 2 commentaires