Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

Notre Président fait du social parait-il !

Séminaire macron

Dessin : Canard enchaîné du 11 octobre 2017

Toujours attentifs à notre bien-être notamment dans le domaine de la santé, nos gouvernants nous préparent quelques joyeusetés destinées à améliorer nos hospitalisations et plomber nos porte-monnaie. C’est bien connu, s’il est un domaine ou il faut faire des économies c’est bien celui-là !

Comme madame Touraine qui prédisait en 2016 un retour à l’équilibre de la Sécurité sociale pour l’année suivante (ce fut en réalité un trou de 5,2 milliards) notre nouvelle ministre, Mme Buzyn, s’est assignée le même objectif pour 2018 mais cette fois avec des restrictions plus drastiques :

– Poursuite de l’ambulatoire (ce n’est pas gênant si le patient doit revenir le soir ou le lendemain et attendre de nouveau son tour en perturbant le service hospitalier)

– Promotion des médicaments génériques (pourquoi alors donner le choix avec les originaux ?)

– Augmentation du forfait hospitalier (de 18 à 20€)

– Réduction des frais de transports sanitaires (qui s’envolent parait-il)

– Réduction des séjours en maternité (3 seraient largement suffisants ! Souvenez-vous de Rachida Dati)

– Développement de la chirurgie au forfait

– Médicaments à l’unité

– Développement de la Téléconsultation (très pratique quand il  n’y a plus de médecins en campagne et qu’ils sont tous au bord de la mer)

– Et j’en oublie certainement.

Bof, ce n’est pas bien grave me direz-vous. Les Mutuelles sont là pour rendre les douloureuses plus supportables d’autant que ces mutuelles sont maintenant obligatoires. Alors pourquoi s’en émouvoir ? Eh bien tout simplement parce que les mutuelles remboursent de moins en moins et qu’il y a 3 millions de personnes qui n’en ont pas ! Ne nous énervons pas pour autant ! A ces gens-là, on a promis dès le 1er  janvier 2018 une suppression des cotisations sécu et assurance chômage. Oui mais, cette dernière suppression a été volontairement reportée au 1er octobre 2018, entraînant pour les cotisants une mise à contribution supplémentaire imprévue de 3 milliards d’euros… qui prendront la direction des caisses de la Sécu. Un petit ballon d’oxygène qui sera le bienvenu pour la Sécu pendant que le petit peuple continuera de s’asphyxier.

Et, « en même temps », l’Etat se sucre en prélevant 4 € aux allocataires du logement, baisse de 4 milliards l’impôt sur la fortune, et arrose les libyens et irakiens à coups de missiles à 350.000 euros.

Ils étaient vraiment utiles ces séminaires d’ En marche ! Convaincre les français que le Président n’est pas celui des riches alors qu’ils pensent le contraire, demande effectivement beaucoup de diplomatie et de rhétorique. Combien de séminaires seront-ils nécessaires ? L’objectif sera-t-il atteint ? J’en  Doute ! Et vous ?

Publicités

12 octobre 2017 Posted by | Santé, Sécurité sociale | | Un commentaire

La vaccination ne peut pas être obligatoire en France !

image

Photo : http://www.parents.com/baby/all-about-babies/most-first-time-moms-plan-to-stick-to-babys-vaccination-schedule/

En l’état actuel de notre droit, aucune décision prise par un quelconque ministre de la santé (avec menaces ou sans) ne peut obliger un citoyen français à se faire vacciner ou à faire vacciner ses enfants. Qu’on se le dise !

Madame Agnès Buzyn notre ministre de la Santé le sait très bien et l’a difficilement et indirectement admis lors de son entretien du 26 septembre 2017 au micro du journaliste Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

A la question : ”Est-ce qu’il y aura une clause d’exemption… si des familles s’opposent absolument à la vaccination ?“

elle a répondu : “La clause d’exemption a été testée juridiquement et en fait elle n’est pas tenable […] juridiquement elle ne tient pas la route […] on ne peut pas à la fois obliger, et permettre de ne pas tenir une obligation.Conclusion : il y aura donc obligation.

A l’autre question plus précise : “Les familles qui disent non, seront sanctionnées ? 

sa réponse a été la suivante : “Pas de sanctions pour les familles qui disent non. Je refuse les sanctions. L’objectif de cette mesure n’est pas de sanctionner, c’est vraiment de rendre la confiance dans les vaccins […] Je veux rendre la confiance par l’obligation […] il n’y aura pas de sanctions pénales ou une amende pour les personnes qui ne seront pas vaccinées. NDLR : obligation mais sans sévir. En réalité, elle refuse la sanction parce qu’elle ne peut pas l’imposer (voir plus bas). Vous noterez au passage son habileté concernant la responsabilité des familles évoquée par le journaliste. Elle a éludé la question en soulignant l’irresponsabilité des personnes non vaccinées. Ce serait un comble de les accuser.

La ministre a poursuivi en disant : par contre,il existe une mesure générale concernant la protection des enfants, ça c’est la loi. Les parents sont censés protéger leurs enfants […] et donc si un enfant un jour se retourne contre ses parents parce qu’il a un handicap, parce qu’il n’a pas été vacciné et amputé par exemple à la suite d’une septicémie à pneumocoques, eh bien, si cet enfant se retourne contre ses parents légalement il a le droit de mettre en cause pénalement ses parents et là les parents sont susceptibles d’avoir 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende. C’est une mesure de protection de l’enfant.” Bigre ! Cela impresionne !

L’impossibilité de poursuivre en justice les opposants aux vaccins et de les sanctionner tient en fait à une raison simple que la ministre s’est bien gardée d’aborder. La loi du 29 juillet 1994 puis les décrets des 25/2 et 14/10/1997 de la Cour de Cassation – repris en mars 2002 dans la loi dite Kouchner – réaffirment que les praticiens et les prescripteurs (ministre de la Santé et directeur général de la Santé compris) doivent être “en mesure de prouver qu’ils ont fourni aux patients (ou à ses parents pour les mineurs, cf. article 372 du Code civil) une information loyale, claire, appropriée et exhaustive au moins sur les risques majeurs, et la plus complète possible sur les risques plus légers”. Cette information a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée s’il estime que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés”. 

Le consentement du patient, ou des parents pour un mineur, doit donc venir légalement après l’information. La réalité est toute autre ! On fait confiance au médecin qui se contente de dire : « Ça ne fera pas mal, juste une petite piqûre ».  Et pour cause, ses connaissances en matière de vaccins sont limitées (quelques heures durant ses études) et assurées pour l’essentiel par les laboratoires qui ne peuvent être que rassurants, faisant leur miel de cette pseudo obligation.

En résumé donc pour la ministre, pas de sanctions de l’Etat envers les parents récalcitrants aux vaccins. Si contestation il y a, cela se résumera, (mais c’est très peu probable) à un éventuel contentieux familial. En revanche, la ministre ne l’a pas dit (un oubli ?) les parents opposés pourront rencontrer des problèmes en mettant leurs enfants en crèche, à l’école ou encore en centres de vacances faute de certificat de vaccinations en bonne et due forme. Là, il faudra jouer serré et sans doute aller dans certains cas faire valoir la loi Kouchner au tribunal. Ces parents, généralement peu fortunés, seront probablement peu nombreux à entamer la démarche.

Chers lecteurs et lectrices vous voilà armés si vous êtes farouchement opposés à la vaccination dite obligatoire. Vous avez des droits, utilisez-les. Je frémis à l’idée que les petits corps de nourrissons de 2 mois qui ont encore besoin de leurs mères vont devoir bientôt subir un choc violent lors de l’injection simultanée de 11 produits toxiques (virus morts ou atténués, adjuvants, antibiotiques…) avec les risques d’handicap et de décès (qui seraient rares parait-il si l’on en croit des statistiques rassurantes mais jamais accessibles au grand public). Bon courage aux jeunes parents ! 

2 octobre 2017 Posted by | Santé, Vaccinations | | Un commentaire

11 VACCINS bientôt obligatoires – Bonjour les dégâts !

image

Photo : http://www.parents.fr/

Si vous êtes pour l’inoculation de ce genre de poison dans le corps sain de vos enfants ou petits enfants, vous devez être préalablement informé(e). Après, ce sera à vous de voir !

Extrait de “Maladies infectieuses et vaccins” de Jean Pilette (Docteur en médecine Membre du E.F.V.V. (European Forum for Vaccine Vigilance).

image

 

3 virus + un antibiotique + du sucre pour une dizaine d’euros c’est donné !

Quant au bénéfice/risque qui s’apparente à de la roulette russe, la maman du nourrisson doit savoir qu’elle expose son enfant a des problèmes graves mais qui fort heureusement comme le soulignent les pro-vaccins sont TRÈS TRÈS rares. Pour le vaccin PRIORIX (GSK) par exemple, similaire à celui présenté ci-dessus, on a remarqué :

– des érythèmes, des convulsions fébriles, diarrhées, otites, lymphadénopathies, nervosité, insomnies, méningites, réactions anaphylactiques, Myélites transverses, syndrome de Guillain Barré, névrites périphérique, encéphalites, etc. Évidemment, ces cas dénombrés sont de l’ordre de 1 pour 1000 à 2000 vaccinations. Rapporté au nombre de naissances en France qui varie chaque année mais se situe en moyenne autour de 500.000, il y aura environ, quand la vaccination sera obligatoire, quelque centaines d’enfants qui paieront un lourd tribut à la prospérité des laboratoires. Avec un peu de chance votre enfant passera au travers dans l’immédiat. Il ne sera pas pour autant à l’abri, à l’âge adulte ou avancé, de problèmes liés indirectement aux mélanges dont les effets à longs termes ne sont pas mesurés. Quand on sait que c’est une dizaine d’enfants qui sont morts de la rougeole en 2016 qui sert d’argument aux pro-vaccins pour rendre la vaccination obligatoire, on peut s’interroger sur la réelle objectivité de ces gens qui “oublient” les risques potentiels des produits injectés.

Si en plus, pour quelques euros remboursés par la sécu on peut avoir grâce aux 11 vaccins, 8 virus supplémentaires, il ne faut pas hésiter ! Le coefficient multiplicateur des risques ne semblant pas être affecté par l’addition de plusieurs virus dans une même seringue, on peut même se demander pourquoi s’arrêter à 11 ?! Qu’en pensez-vous ?

Quoi qu’il en soit, vous voilà prévenus.

Pour en savoir plus sur la composition des vaccins : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6132

13 juillet 2017 Posted by | Santé, Vaccinations | Un commentaire

La grippe arrive !!! – Bon à savoir

image

Photo : http://www.allodocteurs.fr/maladies/orl/grippe/grippe-quels-symptomes_8637.html

Elle aurait démarré récemment en Bretagne. Quand une épidémie est annoncée, les médias qui se font le porte parole du Ministère de la santé, incitent à la vaccination. Pas de panique ni de précipitation ! Un citoyen éclairé avant d’agresser volontairement son corps par un produit dont la plupart des médecins d’ailleurs ignorent le contenu, doit savoir :

–  Le corps humain est naturellement fait pour résister à des agressions de type viral ou bactérien. La fièvre qui peut dépasser les 40° est le premier moyen naturel dont nous a doté la Nature pour nous défendre. En effet, virus et bactéries ne résistent pas à une forte température. L’humanité originelle n’avait pas les vaccins et a pu s’en passer avant Pasteur.

– Le vaccin de la grippe contient souvent un antidote créé à partir d’une souche ancienne qui ne correspond pas au virus actuellement actif. Son efficacité devient alors aléatoire.

– Une vaccination agresse le corps humain qui se défend par la production d’anticorps. Une nouvelle agression rapprochée par le virus va l’obliger à une seconde réaction qui peut l’affaiblir.

– Il existe un vaccin homéopathique, parlez-en à votre médecin.

– Plus de la moitié des personnes âgées (plus de 60 ans) refusent de se faire vacciner gratuitement contre la grippe. Savez-vous pourquoi ?

– Si vous choisissez de vous faire vacciner demandez à votre médecin de vous donner le nom du produit injecté. Beaucoup d’entre eux ont des effets retards sur le corps humain. Demandez-lui aussi s’il dispose d’un traitement en cas de réaction anaphylactique qui surviendrait après l’administration du produit. Si vous voulez vous montrer désagréable, demandez-lui la composition précise du produit. Je lance la pari qu’il sera incapable de vous la donner.

–  Il existe de nombreux vaccins contre la grippe. Pour en savoir plus sur le sujet et surtout ses composants ainsi que ses effets indésirables, je vous invite à consulter le fichier mis en ligne par le professeur Jean PILETTE (Docteur en médecine, Membre du EFVV – European Forum for Vaccine Vigilance -) à la page 138 du document.

En conclusion ce billet n’est pas fait pour vous dissuader de vous faire vacciner. Cette opération à risques doit être faite en toute connaissances de cause. La décision vous appartient en sachant que dans toute prise de médicament il existe un rapport bénéfices/risques que vous devez connaître avant de vous engager. Un homme averti en vaut deux. C’est vous qui voyez…

 

16 décembre 2016 Posted by | Santé, Vaccinations | | Laisser un commentaire

La CNAM soigne les médecins dans sa prochaine convention en cours de négociation

C:\Users\Sylvie\Dropbox\A_EN COURS\UNOF-µStand\Slides\Slides\UNOF_accueil1.png

Photo : www.unof.org

La socialiste Marisol Touraine, notre ministre de la santé cherche constamment de nouveaux moyens pour alléger les dépenses de la “Sécu”. En juin dernier elle a établi un plan d’économies radicales pour dissuader les français de tomber malade. En voici quelques exemples : réduction de la durée des séjours à l’hôpital après une opération, baisse de la prise en charge des transports, contrôle drastique des arrêts de travail, réduction de la consommation de médicaments, bref des vieilles recettes revivifiées. Elle espérait ainsi réalimenter les caisses de l’assurance maladie mais malheureusement pour y parvenir il faut l’assentiment des médecins qui n’arrêtent pas de grogner tant leurs motifs d’insatisfaction sont nombreux (blocage du montant des consultations, imposition du tiers payant, horaires démentiels, baisse inquiétante des effectifs etc.).

Alors à l’instar des pharmaciens qu’elle a choyés (voir mon billet du 13/05/15) elle envisage maintenant de séduire les médecins en les gratifiant de quelques nouveaux présents. Parmi lesquels : le passage des consultations de 23 à 25 € et de 46 à 50 pour les spécialistes – un forfait de 4.000 € pour couvrir leurs frais de secrétariat – une prime de 50.000 € pour une installation en “désert médical” – des dérogations à l’alourdissement des consultations allant jusqu’à 60 € en cas de pathologies complexes qui allongent la durée des consultations. Des mesures donc qui devraient les satisfaire (aux dernières nouvelles, une convention serait sur le point d’être signée). Pour votre information, sachez que Marisol Touraine, il y a peu, a déjà été très accommodante avec les généralistes. Voir mon billet du 8 février dernier.

Quand on fait le bilan des gains et des pertes on s’aperçoit que les économies escomptées vont partir… dans la poche des médecins ! La recette est bien connue, pour habiller Pierre, il suffit de déshabiller Paul et ceux qui vont passer à la caisse dans l’histoire sont toujours les mêmes.

21 août 2016 Posted by | Santé, Sécurité sociale | | Laisser un commentaire

Médecins subventionnés – On ne nous dit pas tout !

Les médecins remettent avec la grippe de vaccination de bébé d enfant de seringue

Photo : http://fr.dreamstime.com/

Après les pharmaciens qui perçoivent de la “Sécu” quelques euros pour leurs conseils, c’est avec surprise que j’ai entendu le dimanche 7 février 2016, sur Europe N°1 (émission Le Grand rendez-vous), notre ministre de la Santé nous révéler que les médecins percevaient, grâce à nos cotisations, un supplément d’honoraires selon les soins prodigués ! Madame Touraine ne s’est pas étendue sur le sujet mais pour montrer que les médecins ne sont pas aussi malheureux qu’ils l’affirment, elle a cité l’exemple d’un supplément de 8,50 € qu’ils perçoivent lorsqu’ils vaccinent, s’occupent des vieux ou appliquent la politique de santé publique du gouvernement. Leurs honoraires passent donc à 31,50 € plus souvent qu’on ne le pense.

D’après vous, pourquoi sont-ils aussi nombreux à insister sur l’importance de la vaccination dont la diversification des produits laisse pantois :

Grippe – Hépatite A – Hépatite B – Hépatite C – Coqueluche – Pneumocoque – Typhoïde – Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite – Rubéole – Rougeole – Rage – Varicelle – Zona – HPV6 – etc. sans parlers des vaccins obligatoires pour l’étranger.

Je crois que vous avez deviné ! C’est aussi la raison pour laquelle les défenseurs de la vaccination systématique sont aussi virulents à l’encontre de leurs confrères anti-vaccins. La santé c’est bien, si ça rapporte, c’est mieux.

Le scoop de Mme Touraine, écoutez (2 mn) :

8 février 2016 Posted by | Santé, Vaccinations | | 2 commentaires

L’ espérance de vie… elle recule !

Personne n'a réussi à dépasser ou égaler le record de longévité établi par Jeanne Calment, morte en 1997 à l'âge de 122 ans. ©GEORGES GOBET/AFP

Photo : http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140825.OBS7127/l-esperance-de-vie-aurait-atteint-ses-limites.html

Voilà un thème de réflexion, s’il en est un, qui devrait être traité avec le plus grand sérieux. Ne sommes-nous pas tous concernés par le sujet ? Pourtant les médias, notre principale source d’information, traite la question avec la plus grande désinvolture comme s’il s’agissait d’une banale nouvelle sans en mesurer l’impact sur notre moral déjà bien raplapla.

On vient donc de nous annoncer quelle recule. Elle n’est plus que de 79 ans pour les hommes et de 85 ans pour les femmes, ce qui est déjà pas mal ! Je tiens tout de suite à vous rassurer, le recul observé par l’INSEE ne serait que faible et passager. Il serait dû à des circonstances conjoncturelles exceptionnelles en 2015 (grippe en hiver et chaleur en été). Rien d’extraordinaire au final si ce n’est que le vaccin contre la  grippe n’aurait pas eu son effet escompté pour cause de mutation de virus. Çà, c’est la version raccourcie des médias.

Si on les croit, tout devrait donc rentrer dans l’ordre rapidement malgré la pollution, la mal bouffe, la jeunesse qui s’alcoolise et fume des joints et les vieux qui se shootent aux médicaments. La notion d’espérance vie est, en réalité, très fluctuante et, comme pour le chômage dont on ne cite que les chiffres de la catégorie A alors qu’il existe 3 autres catégories, on ne parle pas des différentes espérances de vie.

L’INSEE en dénombre 3 : celle que je viens d’évoquer et à laquelle les médias semblent très attachés baptisée l’espérance de vie à tous les âges (elle est estimée à la naissance); l’espérance de vie à partir de 40 ans qui permet par exemple à une femme d’espérer vivre jusqu’à 86 ans parce qu’elle a “échappé aux risques de mourir entre 0 et 40 ans”; et l’espérance de vie en bonne santé, celle qui, lorsqu’on est âgé(e), permet de vivre sans être limité dans ses gestes, en l’absence de toutes incapacités physiques ou mentales.

Pour vous, je ne sais pas, mais pour moi c’est cette dernière espérance qui m’intéresse et celle qui devrait servir de référence. L’INSEE annonce qu’elle est de 62 ans pour les hommes et de 63 ans pour les femmes. On n’est plus du tout dans une plage aussi optimiste. Et ces chiffres sont en baisse depuis plusieurs années. Ce n’est donc pas sur l’espérance qui sert de référence aux médias qu’il faut se focaliser mais bien sur notre espérance de vie réelle, celle qui se base sur la bonne santé. Car c’est bien de vivre longtemps mais nettement mieux sans handicape même léger.

Pour rester optimiste, sachez qu’en 1900 notre pays comptait 100 centenaires et qu’en 2015 on en dénombrait 23.000. Souffraient-ils d’hypertension, de diabète, de cholestérol, d’arthrite ou d’arthrose, les statistiques ne nous le disent pas. Dommage ! Mais comme dit La Fontaine, plutôt souffrir que mourir …

25 janvier 2016 Posted by | Santé | | Laisser un commentaire

Complémentaires santé obligatoires – Un piège ?

Photo : http://www.amazon.com/compl%C3%83%C2%A9mentaires-sant%C3%83%C2%A9-le-scandale/dp/2100702580

L’État a fait ses comptes et nos gouvernants, c’est bien connu, ne sont pas des philanthropes. En obligeant les entreprises à prendre en charge pour moitié les cotisations mutuelles, l’État leur cède des avantages fiscaux (on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre). Il leur délègue aussi les négociations directes avec les sociétés de mutuelles concernant les tarifs et les risques couverts. Les grandes entreprises en tireront sûrement avantages, c’est moins certain pour les petites qui ne comptent que quelques salariés. Au final, on peut s’interroger sur les réels avantages pour les bénéficiaires ?

En contre partie, l’État poursuivra ses opérations de déremboursements laissant aux mutuelles « le soin » de combler une partie des sommes à régler. Là, selon les contrats négociés avec les entreprises, le salarié risque d’avoir de bien mauvaises surprises. Par ailleurs, les mutuelles trop sollicitées ne manqueront pas d’augmenter régulièrement leurs tarifs et de réduire leurs couvertures. Pire, elles s’arrangeront avec les professionnels de santé pour orienter leurs adhérents vers les praticiens avec lesquels des contrats symbiotiques seront signés. Voici le type de dialogue appelé à se développer dans les prochains mois :

– M.Dupont, pour votre prothèse de hanche nous vous préconisons les orthopédistes des cliniques Dubordemer. Ils ont d’excellents chirurgiens.

– Ah bon ?! Je préfèrerai consulter un spécialiste des cliniques Dubordulac. Mon voisin Duchemol a été très satisfait de son opération effectuée par le docteur Dublé.

– Vous pouvez bien sûr vous faire opérer par ce médecin mais sachez que, dans ce cas, vous aurez une avance et une participation aux frais beaucoup plus importantes. Nous avons réussi à négocier, pour nos sociétaires, des tarifs très avantageux avec les cliniques Dubordemer. Réfléchissez, mais je serais vous…

Et voilà, comment sous une gouvernance socialiste et sous d’apparentes mesures sociales bienfaitrices (néanmoins réelles, il faut le reconnaître, pour 400 000 personnes démunies de mutuelle) on transfert en douceur des compétences du public vers le privé mais cette fois pour des millions de salariés.

Au rythme où vont les choses, je crains fortement pour le modèle de protection sociale français qui, d’ici peu, ne sera plus donné en exemple.

4 janvier 2016 Posted by | Santé, Sécurité sociale | | Un commentaire

On a besoin du sang des homosexuels ?

Quelles sont les conditions pour donner son sang ?

Photo : AFP

On pourrait le croire car dans cette “population” il y aurait parait-il une vingtaine de milliers de donneurs potentiels. C’est appréciable en cette période de besoins élevés en sang. En réalité il s’agit d’une promesse électorale du candidat Hollande déjà en croisade à l’époque contre la discrimination. C’est au cours d’une interview donnée le 4 novembre 2015 au journal Le Monde que la ministre de la santé a annoncé l’information:

« Dans un premier temps, le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois. Les homosexuels pourront donner leur plasma s’ils sont dans une relation stable depuis quatre mois ou s’ils n’ont pas eu de relations sexuelles sur la même période.

Les premiers dons nous permettront de réaliser des études et, s’il n’y a pas de risques, les règles qui s’appliquent aux homosexuels seront rapprochées des règles générales l’année qui suit. Dans cette optique, nous allons réécrire les questionnaires à remplir lors d’un don de sang pour préciser les conditions pour les homosexuels, mais également pour les hétérosexuels ayant des pratiques à risques, par exemple avec des prostituées. ».

L’interdiction aux homosexuels de donner leur sang  datait de 1983 et se justifiait par une plus forte présence du VIH dans cette population. Tout laisse à penser, avec la levée de l’interdiction, que les choses sont revenues à la normale. Pourtant, le sida continue de sévir même si les chiffres de 2013 restent stables dans le pays. Selon le site Santé Médecine des femmes:

“Le sida est encore responsable de 6000 contaminations annuelles et 30 000 personnes ignorent qu’elles sont infectées par le virus.
Des contaminations qui affectent de plus en plus les femmes. Elles ne représentent que 2 cas de SIDA sur 10 depuis le début de l’épidémie, mais la proportion des femmes parmi les nouvelles contaminations représente plus de 42% aujourd’hui”.

Maintenant reste à savoir comment les intéressés pourront justifier d’une période d’abstinence de 12 mois, si tant est que leurs appétits sexuels se limitent à un rapport tous les 366 jours (367 en cas d’année bissextile). Comme dirait une internaute, Madame Touraine doit avoir une libido bien particulière. Mais pourquoi remplir un questionnaire si les tests sont fiables ?

L’information pourrait prêter à rire si la santé de nos concitoyens n’était pas menacée. Après tout, pourquoi un kamikaze radical sidaïque n’aurait pas la mauvaise idée de donner son sang pour empoisonner celui des autres… sans discrimination ?

Après Fabius, Touraine dans la tourmente d’une nouvelle affaire de sang contaminé qui pourrait se profiler ?

5 novembre 2015 Posted by | Politique, Santé | , | Laisser un commentaire

La Sécurité sociale à 70 ans mais elle vieillie mal ! – La faute à qui ?

Photo : http://www.lesechos.fr/

A regarder la caricature on pourrait penser que c’est le malade qui est la cause du déficit de la “Sécu”. En réalité il n’est que le bénéficiaire passif de soins. D’autres personnes, très actives à son chevet et en bonne santé, s’en chargent en se mettant plein les poches comme vous allez pouvoir le constater ci-après.

Il n’y a pas un domaine qui échappe à l’argent et l’hôpital public ne fait pas l’exception. Elise Lucet et son équipe de “Cash investigation” nous en a fourni la preuve dans son émission tardive de France 2 du 14/09/15, entre 23 h et 0h45. Si vous étiez couché(e) à cette heure, je vous invite à vous connecter sur le site francetvinfo et visualiser le reportage ahurissant qu’elle à réalisé.

Il serait trop long pour moi de résumer en un billet près de 2 heures d’enquête particulièrement fouillée. Je vais donc vous résumer sommairement ce qu’il faut en retenir.

Notre bienfaitrice Sécurité sociale que tous les pays nous envient parait-il, est une vache à lait dont les plus gros profiteurs ne sont pas les malades injustement accusés de tous les maux mais un ensemble de requins particulièrement voraces qui agissent avec plus ou moins de discrétion et avec la complicité bienveillante des autorités de santé qui regardent ailleurs.

La perversité du système repose sur la tarification de l’acte créée par la ministre et animatrice de télé Mme Bachelot en 2007 et pérennisée par notre actuelle ministre Mme Touraine. Dans les hôpitaux chaque acte médical est tarifé. Une appendicectomie coûte x euros, un col du fémur x’ euros, une ablation de prostate x’’’ euros etc. etc.

Que font les médecins ? Ils poussent tout simplement à la consommation d’actes (et seraient nombreux à le faire) en opérant, même si l’opération n’est pas vitale ! Des hôpitaux sont ainsi champions dans l’ablation de prostates et d’utérus. Pour faire rentrer l’argent dans leur trésorerie les hôpitaux n’hésitent pas non plus à prolonger la vie de certains patients en phase terminale. Un décès à 0h15 au lieu de 23h30, c’est une journée de facturation gagnée ! Lire la suite

16 septembre 2015 Posted by | Santé, Sécurité sociale | | Un commentaire

SIGNEZ ! Il en va de la santé de vos proches

Je relaie une pétition de l’IPSN dont le Professeur Henri Joyeux se fait le porte parole.

NDLR : à propos de l’aluminium dont la dangerosité a été prouvée, méfiez-vous des MAALOX et autre médicaments en « AL« . Pour celles et ceux qui sont sujets aux maux d’estomac, remplacez MAALOX par des amandes, bien plus agréables à croquer et, de surcroît, bonnes pour la santé.

 

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Merci de faire circuler cette alerte autour de vous, merci de votre soutien.

[VIDEO]
l’ALERTE du Professeur Henri Joyeux

Cliquez pour écouter de toute URGENCE l’appel du professeur Henri Joyeux, cancérologue et chirurgien contre le scandale du vaccin DTPolio.

Merci de tout coeur pour votre mobilisation !
Augustin de Livois,
Président de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
Association sans but lucratif
Rue du Vieux Marché au Grain, 48
1000 BRUXELLES
www.ipsn.eu

22 mai 2015 Posted by | Santé, Vaccins dangereux | Laisser un commentaire