Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

La vaccination ne peut pas être obligatoire en France !

image

Photo : http://www.parents.com/baby/all-about-babies/most-first-time-moms-plan-to-stick-to-babys-vaccination-schedule/

En l’état actuel de notre droit, aucune décision prise par un quelconque ministre de la santé (avec menaces ou sans) ne peut obliger un citoyen français à se faire vacciner ou à faire vacciner ses enfants. Qu’on se le dise !

Madame Agnès Buzyn notre ministre de la Santé le sait très bien et l’a difficilement et indirectement admis lors de son entretien du 26 septembre 2017 au micro du journaliste Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

A la question : ”Est-ce qu’il y aura une clause d’exemption… si des familles s’opposent absolument à la vaccination ?“

elle a répondu : “La clause d’exemption a été testée juridiquement et en fait elle n’est pas tenable […] juridiquement elle ne tient pas la route […] on ne peut pas à la fois obliger, et permettre de ne pas tenir une obligation.Conclusion : il y aura donc obligation.

A l’autre question plus précise : “Les familles qui disent non, seront sanctionnées ? 

sa réponse a été la suivante : “Pas de sanctions pour les familles qui disent non. Je refuse les sanctions. L’objectif de cette mesure n’est pas de sanctionner, c’est vraiment de rendre la confiance dans les vaccins […] Je veux rendre la confiance par l’obligation […] il n’y aura pas de sanctions pénales ou une amende pour les personnes qui ne seront pas vaccinées. NDLR : obligation mais sans sévir. En réalité, elle refuse la sanction parce qu’elle ne peut pas l’imposer (voir plus bas). Vous noterez au passage son habileté concernant la responsabilité des familles évoquée par le journaliste. Elle a éludé la question en soulignant l’irresponsabilité des personnes non vaccinées. Ce serait un comble de les accuser.

La ministre a poursuivi en disant : par contre,il existe une mesure générale concernant la protection des enfants, ça c’est la loi. Les parents sont censés protéger leurs enfants […] et donc si un enfant un jour se retourne contre ses parents parce qu’il a un handicap, parce qu’il n’a pas été vacciné et amputé par exemple à la suite d’une septicémie à pneumocoques, eh bien, si cet enfant se retourne contre ses parents légalement il a le droit de mettre en cause pénalement ses parents et là les parents sont susceptibles d’avoir 2 ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende. C’est une mesure de protection de l’enfant.” Bigre ! Cela impresionne !

L’impossibilité de poursuivre en justice les opposants aux vaccins et de les sanctionner tient en fait à une raison simple que la ministre s’est bien gardée d’aborder. La loi du 29 juillet 1994 puis les décrets des 25/2 et 14/10/1997 de la Cour de Cassation – repris en mars 2002 dans la loi dite Kouchner – réaffirment que les praticiens et les prescripteurs (ministre de la Santé et directeur général de la Santé compris) doivent être “en mesure de prouver qu’ils ont fourni aux patients (ou à ses parents pour les mineurs, cf. article 372 du Code civil) une information loyale, claire, appropriée et exhaustive au moins sur les risques majeurs, et la plus complète possible sur les risques plus légers”. Cette information a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée s’il estime que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés”. 

Le consentement du patient, ou des parents pour un mineur, doit donc venir légalement après l’information. La réalité est toute autre ! On fait confiance au médecin qui se contente de dire : « Ça ne fera pas mal, juste une petite piqûre ».  Et pour cause, ses connaissances en matière de vaccins sont limitées (quelques heures durant ses études) et assurées pour l’essentiel par les laboratoires qui ne peuvent être que rassurants, faisant leur miel de cette pseudo obligation.

En résumé donc pour la ministre, pas de sanctions de l’Etat envers les parents récalcitrants aux vaccins. Si contestation il y a, cela se résumera, (mais c’est très peu probable) à un éventuel contentieux familial. En revanche, la ministre ne l’a pas dit (un oubli ?) les parents opposés pourront rencontrer des problèmes en mettant leurs enfants en crèche, à l’école ou encore en centres de vacances faute de certificat de vaccinations en bonne et due forme. Là, il faudra jouer serré et sans doute aller dans certains cas faire valoir la loi Kouchner au tribunal. Ces parents, généralement peu fortunés, seront probablement peu nombreux à entamer la démarche.

Chers lecteurs et lectrices vous voilà armés si vous êtes farouchement opposés à la vaccination dite obligatoire. Vous avez des droits, utilisez-les. Je frémis à l’idée que les petits corps de nourrissons de 2 mois qui ont encore besoin de leurs mères vont devoir bientôt subir un choc violent lors de l’injection simultanée de 11 produits toxiques (virus morts ou atténués, adjuvants, antibiotiques…) avec les risques d’handicap et de décès (qui seraient rares parait-il si l’on en croit des statistiques rassurantes mais jamais accessibles au grand public). Bon courage aux jeunes parents ! 

Publicités

2 octobre 2017 Posted by | Santé, Vaccinations | | Un commentaire

11 VACCINS bientôt obligatoires – Bonjour les dégâts !

image

Photo : http://www.parents.fr/

Si vous êtes pour l’inoculation de ce genre de poison dans le corps sain de vos enfants ou petits enfants, vous devez être préalablement informé(e). Après, ce sera à vous de voir !

Extrait de “Maladies infectieuses et vaccins” de Jean Pilette (Docteur en médecine Membre du E.F.V.V. (European Forum for Vaccine Vigilance).

image

 

3 virus + un antibiotique + du sucre pour une dizaine d’euros c’est donné !

Quant au bénéfice/risque qui s’apparente à de la roulette russe, la maman du nourrisson doit savoir qu’elle expose son enfant a des problèmes graves mais qui fort heureusement comme le soulignent les pro-vaccins sont TRÈS TRÈS rares. Pour le vaccin PRIORIX (GSK) par exemple, similaire à celui présenté ci-dessus, on a remarqué :

– des érythèmes, des convulsions fébriles, diarrhées, otites, lymphadénopathies, nervosité, insomnies, méningites, réactions anaphylactiques, Myélites transverses, syndrome de Guillain Barré, névrites périphérique, encéphalites, etc. Évidemment, ces cas dénombrés sont de l’ordre de 1 pour 1000 à 2000 vaccinations. Rapporté au nombre de naissances en France qui varie chaque année mais se situe en moyenne autour de 500.000, il y aura environ, quand la vaccination sera obligatoire, quelque centaines d’enfants qui paieront un lourd tribut à la prospérité des laboratoires. Avec un peu de chance votre enfant passera au travers dans l’immédiat. Il ne sera pas pour autant à l’abri, à l’âge adulte ou avancé, de problèmes liés indirectement aux mélanges dont les effets à longs termes ne sont pas mesurés. Quand on sait que c’est une dizaine d’enfants qui sont morts de la rougeole en 2016 qui sert d’argument aux pro-vaccins pour rendre la vaccination obligatoire, on peut s’interroger sur la réelle objectivité de ces gens qui “oublient” les risques potentiels des produits injectés.

Si en plus, pour quelques euros remboursés par la sécu on peut avoir grâce aux 11 vaccins, 8 virus supplémentaires, il ne faut pas hésiter ! Le coefficient multiplicateur des risques ne semblant pas être affecté par l’addition de plusieurs virus dans une même seringue, on peut même se demander pourquoi s’arrêter à 11 ?! Qu’en pensez-vous ?

Quoi qu’il en soit, vous voilà prévenus.

Pour en savoir plus sur la composition des vaccins : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article6132

13 juillet 2017 Posted by | Santé, Vaccinations | Un commentaire

La grippe arrive !!! – Bon à savoir

image

Photo : http://www.allodocteurs.fr/maladies/orl/grippe/grippe-quels-symptomes_8637.html

Elle aurait démarré récemment en Bretagne. Quand une épidémie est annoncée, les médias qui se font le porte parole du Ministère de la santé, incitent à la vaccination. Pas de panique ni de précipitation ! Un citoyen éclairé avant d’agresser volontairement son corps par un produit dont la plupart des médecins d’ailleurs ignorent le contenu, doit savoir :

–  Le corps humain est naturellement fait pour résister à des agressions de type viral ou bactérien. La fièvre qui peut dépasser les 40° est le premier moyen naturel dont nous a doté la Nature pour nous défendre. En effet, virus et bactéries ne résistent pas à une forte température. L’humanité originelle n’avait pas les vaccins et a pu s’en passer avant Pasteur.

– Le vaccin de la grippe contient souvent un antidote créé à partir d’une souche ancienne qui ne correspond pas au virus actuellement actif. Son efficacité devient alors aléatoire.

– Une vaccination agresse le corps humain qui se défend par la production d’anticorps. Une nouvelle agression rapprochée par le virus va l’obliger à une seconde réaction qui peut l’affaiblir.

– Il existe un vaccin homéopathique, parlez-en à votre médecin.

– Plus de la moitié des personnes âgées (plus de 60 ans) refusent de se faire vacciner gratuitement contre la grippe. Savez-vous pourquoi ?

– Si vous choisissez de vous faire vacciner demandez à votre médecin de vous donner le nom du produit injecté. Beaucoup d’entre eux ont des effets retards sur le corps humain. Demandez-lui aussi s’il dispose d’un traitement en cas de réaction anaphylactique qui surviendrait après l’administration du produit. Si vous voulez vous montrer désagréable, demandez-lui la composition précise du produit. Je lance la pari qu’il sera incapable de vous la donner.

–  Il existe de nombreux vaccins contre la grippe. Pour en savoir plus sur le sujet et surtout ses composants ainsi que ses effets indésirables, je vous invite à consulter le fichier mis en ligne par le professeur Jean PILETTE (Docteur en médecine, Membre du EFVV – European Forum for Vaccine Vigilance -) à la page 138 du document.

En conclusion ce billet n’est pas fait pour vous dissuader de vous faire vacciner. Cette opération à risques doit être faite en toute connaissances de cause. La décision vous appartient en sachant que dans toute prise de médicament il existe un rapport bénéfices/risques que vous devez connaître avant de vous engager. Un homme averti en vaut deux. C’est vous qui voyez…

 

16 décembre 2016 Posted by | Santé, Vaccinations | | Laisser un commentaire

Médecins subventionnés – On ne nous dit pas tout !

Les médecins remettent avec la grippe de vaccination de bébé d enfant de seringue

Photo : http://fr.dreamstime.com/

Après les pharmaciens qui perçoivent de la “Sécu” quelques euros pour leurs conseils, c’est avec surprise que j’ai entendu le dimanche 7 février 2016, sur Europe N°1 (émission Le Grand rendez-vous), notre ministre de la Santé nous révéler que les médecins percevaient, grâce à nos cotisations, un supplément d’honoraires selon les soins prodigués ! Madame Touraine ne s’est pas étendue sur le sujet mais pour montrer que les médecins ne sont pas aussi malheureux qu’ils l’affirment, elle a cité l’exemple d’un supplément de 8,50 € qu’ils perçoivent lorsqu’ils vaccinent, s’occupent des vieux ou appliquent la politique de santé publique du gouvernement. Leurs honoraires passent donc à 31,50 € plus souvent qu’on ne le pense.

D’après vous, pourquoi sont-ils aussi nombreux à insister sur l’importance de la vaccination dont la diversification des produits laisse pantois :

Grippe – Hépatite A – Hépatite B – Hépatite C – Coqueluche – Pneumocoque – Typhoïde – Diphtérie – Tétanos – Poliomyélite – Rubéole – Rougeole – Rage – Varicelle – Zona – HPV6 – etc. sans parlers des vaccins obligatoires pour l’étranger.

Je crois que vous avez deviné ! C’est aussi la raison pour laquelle les défenseurs de la vaccination systématique sont aussi virulents à l’encontre de leurs confrères anti-vaccins. La santé c’est bien, si ça rapporte, c’est mieux.

Le scoop de Mme Touraine, écoutez (2 mn) :

8 février 2016 Posted by | Santé, Vaccinations | | 2 commentaires