Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

D’abord les éloges puis les sifflets ! Un coup de com ?

L’agriculture est plus que jamais un enjeu essentiel.

Photo : http://lafermedekermelin.over-blog.com/

Le fait était assez exceptionnel pour être signalé, le sénateur Joël Labbé (EELV), en pleine séance, avait retiré sa cravate en signe de protestation contre les ricanements des membres de l’UMP s’opposant à une résolution sur les néonicotinoïdes (voir le post précédent).

Malheureusement, le courageux n’était pas téméraire, et il a fait rapidement marche arrière :”Je reste insoumis sur le fond” dit-il mais il conserve la cravate. Voici les explications qu’il a fourni dans un second article que lui a consacré le Télégramme du 11 février 2015. Comme dirait quelqu’un de connu : pas facile … de se singulariser, qui plus est dans une assemblée de conservateurs sous domination lobbyiste quand, de surcroit, on risque de perdre son job.

La prochaine fois je saurai modérer mon enthousiasme en étant plus circonspect.

 

09.2014

Publicités

14 février 2015 Posted by | Sénat | | Laisser un commentaire

Encore le Sénat !

 

Ce ne sont pas tous des vieillards cacochymes et dyspepsiques. Dans cette docte assemblée on trouve aussi des personnages atypiques et dynamiques. J’en veux pour preuve l’article de presse que vient de m’adresser un ami scorvipontain.

Cruelle réalité, à sa lecture, vous allez vous apercevoir que nos sénateurs ne sont plus en phase avec la réalité et que l’écologie, quand on est arrivé à 80 ans ne présente plus grand intérêt. Sauf pour quelques rares représentants particulièrement actifs et convaincus. C’est le cas de M. Joël Labbé notre représentant morbihannais d’ EELV qui vient de se rendre coupable d’un crime de lèse-république en ôtant en pleine séance sa cravate pour la défense des… abeilles ! Vous imaginez le choc pour ses collègues BCBG ! J’espère que cette attitude lui vaudra une lourde sanction. Et si l’idée lui venait de pénétrer ultérieurement dans l’hémicycle sans cet ornement indispensable à la bienséance, il serait, je l’espère, exclu manu militari. Si j’étais musulman je demanderais même une flagellation en place publique ! Se mettre presque à nu à cause d’insectes insignifiants qui peuvent de surcroit vous piquer. Un comble.

Pauvre France ! Et tristes représentants à la botte des lobbys (273) incapables de faire la différence entre l’essentiel et le futile, l’avenir et le passé. Fermez le ban…et le Palais aussi.

 

Le Télégramme  (06.02.15)

7 février 2015 Posted by | Sénat | , | Un commentaire