Le blog de Jean de Pont-Scorff

Une autre manière de voir les choses !

Encore un coût de Mistral

Photo : http://www.jeffhead.com/worldwideaircraftcarriers/mistral.htm

Alors qu’on nous annonce que les deux Mistral ont trouvé un nouvel acquéreur (L’Egypte état démocratique modèle dans la région) nos députés presque au complet (23 sur 577 !) ont voté le 17 septembre 2015 (un jeudi) l’annulation du contrat avec la Russie. Contrairement aux propos rassurants de certains d’entre eux sur le coût total de l’opération, la facture s’élèverait comme l’a évaluée le “Canard enchaîné”, à 2,2 milliards d’euros malgré les dénégations de Mme Guigou la député PS (voir l’article qui en donne les grandes lignes). Nos têtes gouvernantes ne sont pas à un mensonge près.

Dans cet article, on apprend aussi que c’est vous et moi qui allons payé les pots cassés (ce n’est pas une vraie surprise, on en a l’habitude). Il y avait bien un assureur de mentionné dans le contrat mais apparemment il n’était là que pour la forme. Autre révélation, DCNS par la voix de son Président Hervé Guillou, a demandé au russes – sans rire – de détruire les documents renfermant des secrets technologiques (transfert de connaissances). Je pense qu’on peut leur faire confiance après l’affront qu’ils viennent de subir. Nos politiques et hauts responsables sont parfois d’une naïveté et d’une inconséquence qui mériteraient comme en Arabie saoudite quelques dizaines de coups de fouet en place publique.

Après Régis Hutin qui nous assurait récemment que M. Hollande avait bien fait d’annuler la vente de ces navires, le quotidien Ouest France consacre aujourd’hui, 24 septembre 2015, la grande partie de sa page 5 aux péripéties de ces fameux Mistral. Mais, sur le vote des députés et sur le coût réel de l’opération silence radio. Inutile d’incommoder nos compatriotes avec des nouvelles qui ajouteraient à leur mauvaise humeur en période de taxe foncière. 

Publicités

24 septembre 2015 Posted by | Politique, Vente d'armes | , | Laisser un commentaire

Mistral gagnant selon M. Regis Hutin

Porte-hélicoptères Mistral

Photo : DCNS

Dans son éditorial du 19-20 septembre 2015 M. Régis Hutin (patron du quotidien Ouest France) revient sur l’affaire des Mistral en approuvant la décision de M. Hollande qui a rompu le contrat de vente de ces deux navires avec les Russes. D’un point de vue éthique, cette approbation qui consiste à dire : “Je ne veux pas que vous fassiez un mauvais usage des armes destructrices que je vous vends” est tout à fait louable. Malheureusement, la géopolitique ne s’accommode guère de ce genre de préjugés. En cassant unilatéralement le contrat de vente, M. Hollande au contraire, a fait un mauvais choix pour plusieurs raisons dont voici les principales :

1) Dans le contrat liant les deux parties en question il n’est nullement fait mention de clauses restrictives quant à un “mauvais” usage des navires. Si cela avait été le cas, les Russes ne l’auraient pas signé.

2) Le commerce des armes dont la France est championne (4ème exportateur mondial derrière la Chine, la Russie et les USA) est incompatible avec les notions d’éthique sachant que les intérêts des uns sont contradictoires avec ceux des autres. Péremptoirement je dirais : quand c’est vendu, c’est vendu ou alors il ne fallait pas vendre.

3) En mécontentant un “gros” client, à défaut de le perdre, on le rend plus méfiant et on perd pour l’avenir une crédibilité vis à vis de ce client ainsi qu’auprès d’autres clients éventuels. Le commerce de la vente des armes n’est pas un monde de bisounours.

4) Pour d’autres pays qui jouent un double jeu comme l’Arabie Saoudite et le Quatar la France affiche moins de scrupules pour vendre ses “Rafale”. Il y aurait donc des bons et des mauvais clients. Pas très cohérent et commercial comme raisonnement.

5) En rompant un contrat on s’expose à des mesures de rétorsions que les Russes n’ont pas tardé à appliquer : lourdes pénalités, blocages des produits exportés (porcs, lait…). L’embarras de nos agriculteurs ne semble pas préoccuper M. Hutin.

6) Nos ingénieurs et techniciens se sont donnés beaucoup de mal pour réaliser ces bijoux de technologie. Ils ont dû se sentir floués lorsqu’ils ont appris la nouvelle. A l’avenir leur enthousiasme pour ce genre de réalisation risque d’être modéré.

Par conséquent, contrairement à ce que pense M. Hutin, il fallait conduire ce contrat à son terme au nom de l’engagement signé et en affirmant si nécessaire, même hypocritement pour sauver la face, que cette vente n’aurait pas eu lieu dans le contexte géopolitique de la livraison des navires (Annexion de la Crimée et guerre en Ukraine). Les politiques s’accommodent de décisions bien plus contestables et qui n’ont pas le même écho auprès du public.  M. Hollande a-t-il pris sa décision en dehors de toute pression ? J’en doute. Et vous ?

NDLR : billet transmis au courrier des lecteurs du quotidien.

21 septembre 2015 Posted by | Politique, Vente d'armes | | Un commentaire